Réaction – Attentat de Nice

Attentat de Nice – Église Saint Jean à Caen -Vendredi 15 juillet 2016 –

Texte qui lu à la messe en l’honneur des victimes et de leurs familles.

Chers amis,

Devant la violence qui s’est déchainée à Nice, nous ne pouvons pas nous résigner. Devant la tragédie que vivent aujourd’hui des familles avec la perte de l’un des leurs, en particulier des enfants, nous sommes touchés par l’horreur de ce drame. Nous ne pouvons que faire silence, témoigner de notre amitié et de notre prière si nous sommes croyants, pour tous ceux et toutes celles qui vont demeurer marqués par cette tragédie.

Les terroristes n’ont qu’un projet : Nous faire peur et nous monter les uns contre les autres par la colère et la haine. Nous ne pouvons répondre que par la fraternité. Sans cesse il nous faut continuer à tisser des liens entre personnes et communautés différentes. Le danger serait de stigmatiser des personnes ou des groupes sociaux ou religieux.

La violence n’est jamais le dernier mot de l’histoire. Nous le savons à travers notre propre vécu sur le sol de France et en particulier sur ce sol de Normandie. C’est la réconciliation qui le terme de l’histoire. On ne peut répondre à la violence uniquement par les armes ou par la haine. La paix n’est jamais synonyme de tranquillité ou d’absence de conflit. Au contraire la paix est toujours à construire chaque jour et à chaque instant de notre vie. Elle demeure une victoire sur le déchaînement des forces de violence

Heureux les artisans de paix, dit Jésus dans l’Évangile. Nous qui sommes rassemblés dans cette église, prions pour que nous devenions des artisans de paix. Sans cesse il nous faut retisser les liens comme dans une immense tapisserie qui ne cesse de se déchirer. Devant la peur et l’angoisse qui risquent de paralyser nos énergies, soyons plutôt des hommes et des femmes qui fassent renaître la confiance autour de nous.

+ Jean Claude Boulanger

  Évêquede Bayeux- Lisieux