ANNONCES POUR LA SEMAINE DU 11 au 19 novembre

Mercredi 15 novembre : 11h00 Messe à May

Vendredi 17 novembre : 18h00 Messe à May

Samedi 18 novembre : 17h00 : Saint Martin : Baptême de Nolan RENAULT

18h00 : Saint Martin : Messe pour Hervé RUAULT

Dimanche 19 novembre : 10h30 : Fontenay : Messe pour la famille MARGUERITE, Marie-France BOURBON, Paul DEBEAUMOREL et Famille LOUVARD.

*******

—- A partir du 1er Novembre les messes reprennent les horaires d’hiver c’est-à dire 18h00 au lieu de 18h30.

—- Le 8 novembre ont été célébrées les funérailles de Xavier MENARD à Saint André et le 10 novembre ont été célébrées les funérailles de Mademoiselle Christelle CHATEL à St Martin de Fontenay

—- Vous avez déjà pris votre feuille de lieux de messes pour le trimestre, mais il y a un changement : le 26 novembre, la messe aura lieu à Laize la Ville.

—- A partir du mois de novembre les nouveaux livres de messes seront à votre disposition soit au

presbytère soit à l’issue d’une messe.

—- La kermesse des Petites Sœurs des Pauvres aura lieu les 18 et 19 novembre de 10hà18h. (linge, brocante, vêtements et pâtisserie)

—- Le Secours Catholique lance sa campagne de fin d’année. Des flyers sont à votre disposition à la sortie de l’église.

—- La réunion de préparation de la veillée de Noël aura lieu le 22 novembre à 20h30 à St Firmin. Nous avons besoin de toutes vos idées et propositions afin que cette veillée soit festive et accueillante aux plus petits et aux grands.

— La nouvelle sono est donc installée et nous espérons que tous, nous en profiterons au mieux.

—- La rencontre « Net For God » de novembre aura lieu le 20 chez Isabelle et Laurent BURGUIERE de 20h30 à 22h (10 place Rhin et Danube à May). A partir du film « les rues de l’Espérance » vous pourrez échanger et partager (lien pour la bande annonce : (https://www.netforgod.tv/fr/home/films/59f8992a3965887208f4da67/les-rues-de-1%E2%80%99esperance).

—- L’atelier chant qui permet d’apprendre les chants pour les eucharisties à venir, a lieu à St Firmin à 18h mercredi 15 novembre.

VOUS AVEZ DIT FRATERNITE ?

En septembre dernier, le Père Mick nous parlait de communautés ecclésiales de base. Notre diocèse s’oriente depuis la rentrée, vers la mise en place de «fraternités locales de base». Le samedi 7 octobre dernier, à Grentheville était organisée une récollection (temps d’enseignement et de ressourcement spirituel) sur le thème de la fraternité et animé par notre évêque, monseigneur Boulanger. Lors de cette intervention, notre évêque nous rappelait que le Pape François, face à la mutation que vit l’Eglise, nous invite à devenir «disciples missionnaires». Un chrétien isolé étant un chrétien en danger, nous devons faire, pour nous et pour les autres, l’expérience de la fraternité; celle-ci est à vivre dans nos familles, dans la société, en Eglise. Même si cette fraternité y existe déjà, elle reste toujours à construire, à structurer et n’est pas toujours facile à mettre en pratique. En effet, il nous faut vivre avec la différence, avec les différences, il nous faut vivre la différence. L’autre est en effet à la fois mon semblable et si différent! Jésus s’est toujours révélé comme Fils du Père et frère des hommes, Il est le fondement de la fraternité évangélique, nous rappelait notre évêque. A la suite de cet enseignement, le Père Boulanger nous incite à nous orienter vers des fraternités missionnaires au sein de notre paroisse.

Mais, qu’est- ce que cela ? Quel en est le but ? Faire connaitre aux hommes de ce temps la bonne nouvelle du Christ. Par quels moyens ? En partageant la vie des personnes, joies, et soucis, en prenant soin de l’autre, des autres, en nous tenant informés de nos vies respectives, en prenant du temps pour la prière, et en pratiquant la charité. La charité et la fraternité, tous les humains ont la possibilité de la pratiquer, les chrétiens en ont le devoir. Il n’y a pas de technique, d’actions imposées; à chaque paroisse de réaliser ce qui est le plus nécessaire, le plus urgent comme action(s) à mener et comment la ou les mener. Cette mise en œuvre ne pourra donc se réaliser dans la hâte et la précipitation. Nous devons d’abord examiner ce qui existe en matière de fraternité dans notre paroisse. Il en découlera une vision de ce que sont et où se trouvent les manques. Alors des actions pourront être menées pour la fraternité. Je conclurai en relatant une conversation que j’ai entretenue avec une personne à la fin de la récollection. Elle me parlait de deux autres personnes qui n’entretiennent pas de relation amicale particulière avec elle, qui pourraient être considérées comme de « simples relations » mais me disait-elle : « Si j’ai le moindre problème, ces personnes me contactent pour savoir ce que je deviens ». Et pourtant cette personne n’est pas seule ou isolée, elle a une famille !

Et si c’était par cela (c’est-à-dire par la simple attention aux autres) que commençait la fraternité ?

Père Bernard Mauger