Philosophie

« En dépit des affirmations de plusieurs courants philosophiques, mais conformément à une saine philosophie confirmée par l’Écriture, il faut reconnaître la capacité que possède la raison humaine d’atteindre la vérité, ainsi que sa capacité métaphysique de connaître Dieu à partir du créé. C’est pourquoi la tâche, propre à la théologie, de comprendre le sens de la Révélation exige l’utilisation d’acquisitions philosophiques qui fournissent « une connaissance solide et correcte de l’homme, du monde et de Dieu », dont les affirmations puissent être assumées dans la réflexion sur la doctrine révélée. »

CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI, Instruction Donum veritatis sur La mission ecclésiale du théologien, 1990, au n°10

Cliquez ci-dessous sur le cours qui vous intéresse, vous en saurez plus!

Liste des cours

Présentation

M. Emmanuel Housset
1er semestre, lundi de 9h15 à 10h50
Cours 4 C
Ref : P1

Descriptif

La question de Dieu est décisive pour la réflexion métaphysique qui, cherchant un principe suprême dans le cadre d’une philosophie première, donne différents noms à Dieu (premier moteur, être par soi, infini, Idée). Le problème est de savoir en quoi ce Dieu de la métaphysique est à la fois le même et différent de celui de la Révélation. La raison humaine peut-elle appréhender seule la Personne divine et peut-elle en faire un objet de science ? Il s’agit donc d’étudier également le dialogue qu’entretiennent nécessairement la métaphysique et la théologie dans l’intelligence de Dieu.

Contenu

Introduction générale sur la métaphysique et sur la question de Dieu dans l’interrogation sur la métaphysique.

  1. Le Dieu premier moteur et acte pur. Métaphysique et théologie chez Aristote.
  2. Le Dieu incompréhensible et l’homme intérieur. Origène et saint Augustin.
  3. Personne humaine et Personnes divines. Saint Thomas d’Aquin.
  4. Dieu et l’infini. Descartes et Malebranche.
  5. Dieu comme Idée de la raison. Kant et Husserl.
  6. Perspectives contemporaines. Jean-Yves Lacoste et Jean-Luc Marion.

Evaluation

Un commentaire de texte sera proposé en contrôle continu, environ 15000 signes. Un oral à partir d’un texte à commenter constituera l’évaluation finale.

Méthodologie

Le cours alternera entre des présentations des questions, des études de texte et des discussions

Compétences

La première compétence à acquérir à travers cet enseignement est de saisir la nécessité de cette confrontation entre ces deux perspectives aussi bien pour la vie de la foi que pour la vie de la pensée. Mais cela ne peut se faire que par une appropriation progressive des textes de la tradition philosophique et théologique, c’est pourquoi la deuxième compétence à acquérir est la capacité à entrer dans la pensée d’un auteur du passé, à le situer dans les questions de son époque et à lire les textes « en philosophe », c’est-à-dire en les interprétant à partir d’une compréhension de la question elle-même. Il s’agit donc d’entrer dans le cercle vertueux entre lecture et réflexion. La troisième compétence à acquérir est la capacité à restituer, à l’écrit et à l’oral, les analyses des grands auteurs de la tradition et à présenter ce qu’elles peuvent apporter au présent.

M. Emmanuel Housset

Bibliographie

Pierre Magnard, Le Dieu des philosophes, Mame, 1992.

Jean-Luc Marion, Certitudes négatives, Grasset, 2010.

Rémi Brague, Les ancres dans le ciel, Seuil, 2011.

Jean-Louis Chrétien, L’espace intérieur, Minuit, 2014.

*

*

*

*

Présentation

M. Pierre Tiercelin
2ème semestre, lundi de 15h30 à 17h
Cours, 4 C
Ref : P2

Descriptif

La pensée du XVIIIe siècle s’interroge sur la possibilité et les limites de la connaissance humaine. Hume développe la thèse d’un scepticisme mitigé, et d’une religion naturelle. En revanche, selon Kant, une science de la nature est possible, mais il en délimite le champs pour faire place à la croyance. Comment donc la science et la croyance peuvent-elles s’articuler ? Y-a-t-il une science rationnelle de Dieu ?

Contenu

Evaluation

Méthodologie

Compétences

M. Pierre Tiercelin

Bibliographie

*

*

*

*