Histoire du diocèse

Selon la tradition, le diocèse de Bayeux a été fondé par S. Exupère. Il appartient à la province ecclésiastique de Rouen ; l’évêque de Bayeux est le premier suffragant de la Métropole.
Réorganisé en exécution du Concordat de 1801, le diocèse se compose de la plus grande
partie des anciens diocèses de Bayeux et Lisieux, et a pour circonscription celle du département du Calvados.
En 1997, le diocèse a été entièrement remodelé et réparti en 51 « Nouvelles Paroisses » ;
3 « anciennes » paroisses desservies par le diocèse de Séez restant sans modification.
La cathédrale, placée sous le vocable de la Très Sainte Vierge (Assomption), porte, depuis un temps immémorable, le titre d’Insigne Église.

Présentation historique du diocèse de Bayeux-Lisieux au travers des siècles de l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui.

bayeux2Le diocèse de Bayeux appartient à la Province ecclésiastique de Rouen dont il est le premier suffragant. Même si l’on sait que la ville de Bayeux (Augustodurus) existait au IIIe s, les origines chrétiennes de ce diocèse sont complètement inconnues. Et bien que la date de fondation du siège épiscopal de Bayeux reste indéterminée, les historiens s’accordent à reconnaître Saint Exupère pour son fondateur à la fin du IVe s., le haut Moyen-Âge d’ailleurs est riche d’une cohorte de saints évêques : Exupère, Loup, Manvieu, Contest, Vigor, Regnobert, Gerbold, Frambold, Hugues, Baltfride…

L’origine et la distribution des paroisses à cette époque nous est également inconnue mais il existe déjà sur le territoire quelques établissements monastiques, dont deux assez importants : Cerisy et Deux-Jumeaux.

Le Moyen-âge

Au XIe siècle, après diverses invasions, une restauration religieuse s’esquisse à partir de Hugues II (1015-1049) : les églises rurales se reconstruisent et le paganisme régresse peu à peu. Le diocèse de Bayeux, comme ses voisins, profite de la forte organisation que Guillaume le Conquérant apporte à la Normandie. On sait que ce dernier était présent à la consécration de la première grande cathédrale romane de Bayeux (1077). C’est aussi l’époque de la fondation ou de la restauration des grandes abbayes notamment Saint-Étienne et La Trinité de Caen.

Malgré les guerres féodales, le XIIIe siècle voit se multiplier les fondations pieuses et les constructions d’églises et, unie au Royaume après 1204 la Normandie achève de se constituer une remarquable législation ecclésiastique.

L’invasion anglaise se termine par la bataille de Formigny (1450) et le diocèse se remet lentement de sa ruine (matérielle et morale) mais dès avant 1540 des luthériens sont signalés dans le Bessin. La guerre civile entre protestants et catholiques (1562) fait rage laissant à nouveau des églises profanées, des statues brisées et surtout, des populations divisées…

La restauration catholique commence timidement vers le milieu du XVIIe s. avec les épiscopats de Molé (1647-1652) et de Servien (1653-1659). Le diocèse de Bayeux, durant la fin de ce XVIIe siècle, est surtout marqué par un grand évêque, François de Nesmond, dont le long épiscopat d’un demi-siècle (1662-1715) permet un véritable relèvement du diocèse : création des séminaires, pèlerinage de Notre Dame de la Délivrande, fondation de l’Hôtel-Dieu de Bayeux, organisation de retraites spirituelles dans les campagnes et les villes…

C’est aussi à cette époque qu’il faut souligner la présence de l’œuvre de Saint Jean Eudes (1601-1680) fondateur du séminaire de Caen et infatigable prédicateur de missions. Contemporains de Jean Eudes, nous rencontrons les grands laïcs que furent Jean de Bernières et Gaston de Renty, qui ont illustré les pieuses sociétés de laïcs (Compagnie du Saint Sacrement).

Le diocèse n’échappe pas au jansénisme agressif du XVIIIe siècle, dont Mgr François de Lorraine-Armagnac est un fervent partisan. Le dernier évêque de l’Ancien Régime, Mgr Joseph-Dominique de Cheylus arrive à Bayeux en 1776 âgé de 59 ans après avoir occupé les sièges de Tréguier et de Cahors.

La Révolution française

La Révolution française va trouver un diocèse bien organisé dont l’évêque est élu maire de Bayeux en janvier 1790. Les premières réformes concernant l’Église y sont accueillies sans émotion particulière. Plus encore, la condamnation formelle de Mgr de Cheylus de la nouvelle organisation de l’Église de France dans son mandement du 20 novembre 1790 entraîne l’opposition de la plupart des curés, des professeurs de séminaires et de l’université de Caen.

En 1791, Mgr de Cheylus publie son dernier mandement : il déplore le serment et le refuse. Ce faisant, il est considéré comme démissionnaire et comme grand nombre de ses prêtres, quitte la France pour un long exil à Jersey, où il meurt en 1797.

Trois évêques constitutionnels se succèdent alors entre 1790 et 1802, date à la laquelle le nouvel évêque concordataire, Charles Brault arrive à Bayeux. Le 10 avril 1802, le décret d’érection du siège épiscopal de Bayeux est signé et son territoire est désormais calqué sur les limites du département du Calvados. Le diocèse de Lisieux disparait complètement, au profit du diocèse de Bayeux, qui hérite de la plus grande partie de ce diocèse, le reste étant partagé entre les diocèses d’Evreux et de Séez. Même si la vie est difficile, le clergé rare et divisé voire inadapté (tension entre prêtres concordataires et constitutionnels) le diocèse se réorganise tranquillement et les évêques se succèdent sans trop de difficultés.

Le XIX et XXe siècles

Durant ce XIXe siècle, deux faits intéressants sont à signaler :

– un Bref du Pape Pie IX, en date du 12 juin 1854 (décret de l’Empereur du 10 janvier 1855), autorise Mgr Robin  à « relever » le titre de Lisieux. A compter de cette date, l’évêque du diocèse de Bayeux porte donc le titre d’ « évêque de Bayeux et de Lisieux », ce n’est cependant que dans les années 1990 que l’usage a été adopté de nommer le diocèse  « Bayeux-Lisieux »

– le long épiscopat de Mgr Hugonin (1867-1898)

C’est Mgr Amette (1898-1906) qui inaugure le XXe siècle, lequel voit deux anciens évêques bayeusains devenir « cardinalarchevêque » de Paris (Mgr Amette et Mgr Suhard)

Mgr Thomas Lemonnier (1906-1927) est pour sa part, confronté à la dure loi de Séparation des Églises et de l’État et ses confiscations. Les dix premières années de son épiscopat sont presque exclusivement occupées à réorganiser le diocèse : trouver des presbytères, séminaires, évêché …, lever des fonds pour rémunérer les prêtres, créer les organes de gestion du diocèse, mais surtout reconquérir les cœurs et les âmes ! Juste avant la Grande guerre, durant laquelle plus de 350 ecclésiastiques du diocèse sont mobilisés et où 32 d’entre eux tombent au Champ d’Honneur, l’année 1913 est marquée par les somptueuses fêtes du Couronnement de la Vierge de Honfleur. Quant à l’année 1925, elle est toute éclairée par les canonisations de Thérèse de l’Enfant Jésus et Jean Eudes et la béatification de Pierre Maubant

Très touché par la Seconde Guerre mondiale, et notamment par la période du Débarquement et ses sanglants bombardements, une fois encore, le diocèse doit se relever et c’est durant les épiscopats de Mgrs Picaud et Jacquemin que de nombreuses églises du Calvados seront reconstruites. C’est aussi à cette époque que le tissu urbain se densifiant, de nouvelles paroisses sont créées à la périphérie de Caen.

Si en 1906, le diocèse de Bayeux se composait de 710 paroisses, depuis la refonte des paroisses en 1997, il n’en compte plus que 51.

L.et ZCe début des années 2000 nous assure déjà d’une belle page d’histoire, puisque c’est en 2015, sous l’épiscopat de Mgr Boulanger, qu’ont été canonisés Louis et Zélie Martin (parents de Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus) et que les entités paroissiales se sont regroupées, en dix « pôles missionnaires » ayant pour vocation de susciter la fraternité et la coopération des paroisses.

 

Françoise Khédine
Archiviste diocésaine
Avril 2018

 

Évêques de Bayeux

Pour quelques évêques, il n’est pas possible de donner une date. Les dates indiquées sont celles fournies par les sources historiques ou garanties par la tradition liturgique ancienne.
Un chiffre indique la date où l’existence est constatée. Deux chiffres représentent les dates extrêmes fournies par les documents. La croix, placée devant une date, indique l’année du décès.

  • Saint Exupère IVe siècle
  • Rufinien avant 440
  • Saint Loup vers 440 – 470
  • Saint Manvieu vers 470
  • Saint Contest vers 480 – 510
  • Saint Vigor 511
  • Leucadius 538 – 549
  • Lascivius vers 557 – 565
  • Leudovald 581 – 614
  • Saint Régnobert 627
  • Saint Gerbold vers 689
  • Saint Frambold
  • Saint Hugues 720 † 734
  • Léodeningue vers 765
  • Careviltus 829 – 833
  • Erimbert 835 – 840
  • Saint Baltfride 843 † 858
  • Tortold 859
  • Erchambert 859 † 876
  • Heiric 928 – 933
  • Richard 1er vers 955
  • Raoul 967 – 1006
  • Hugues II de Bayeux 1015 – 1049
  • Odon 1er de Conteville 1050 † 1097
  • Turold d’Envermeu 1097 – 1106
  • Richard II de Douvres 1107 † 1133
  • Richard III de Kent 1135 † 1142
  • Philippe de Harcourt 1142 † 1163
  • Henri 1165 † 1205
  • Robert II des Ablèges 1206 † 1231
  • Thomas 1er de Fréauville 1233 † 1238
  • Guy 1240 † 1269
  • Odon II de Lorris 1263 † 1274
  • Grégoire de Naples 1274 † 1276
  • Pierre 1er de Benais 1276 † 1306
  • Guillaume 1er Bonnet 1306 † 1312
  • Guillaume II de Trie 1313 – 1324
  • Pierre II de Levis 1324 † 1330
  • Guillaume III de Beaujeu 1331 † 1337
  • Guillaume IV Bertrand 1338 – 1347
  • 1836 Pierre III de Venois 1347 † 1350
  • Pierre IV de Villaines 1351 † 1360
  • Louis 1er Tézard 1360 – 1373
  • Miles de Dormans 1373 – 1375
  • Nicolas 1er du Boscq 1375 † 1408
  • Jean 1er de Boissey 1408 † 1412
  • Jean II de Bouquetot 1412
  • Jean III Langret 1412 – 1419
  • Nicolas II Habart 1421 † 1431
  • Zanon de Castiglione 1432 † 1459
  • Louis II de Harcourt 1460 † 1479
  • Charles 1er de Neufchâtel 1480 † 1498
  • René 1er de Prie (Cal) 1498 – 1510
  • Louis III de Canossa 1516 – 1531
  • Pierre V de Martigny † 1531
  • Augustin Trivulce (Cal) 1531 † 1548
  • Charles II de Humières 1548 † 1571
  • René de Beaune (1)
  • Bernardin de St-François 1572 † 1582
  • Mathurin de Savonnières 1582 † 1586
  • Charles de Bourbon (Cal) (2)
  • René II de Daillon du Lude 1598 † 1600
  • Arnaud d’Ossat (Cal) 1601 † 1604
  • Jacques d’Angennes 1606 † 1647
  • Edouard Molé 1647 † 1652
  • François 1er Molé 1652
  • François II Servien 1654 † 1659
  • François III de Nesmond 1662 † 1715
  • Joseph 1erEmm. de la Trémoille(Cal) 1716 – 1718
  • François IV Armand de Lorraine 1719 †1728
  • Paul d’Albert de Luynes (Cal) 1729 -1753
  • Pierre VI Jules-César de Rochechouart 1753 – 1776
  • Joseph II Dominique de Cheylus 1776 †1797
  • Charles III Brault 1802 – 1817 et de fait 1823
  • Jérôme-César de Couasnon (3)
  • Jean de Pradelles (4)
  • Charles IV Franc Duperrier-Dumoutier 1823 † 1827
  • Jean IV Charles-Richard Dancel 1827 †
  • Louis IV François Robin 1836 † 1855(1) René de Beaune fut nommé Évêque de Bayeux, mais le Pape Grégoire XIII ayant refusé ses bulles pour ce Siège, il fut transféré à Bourges.
    (2) Charles de Bourbon, quoique nommé Évêque de Bayeux, ne prit pas possession de ce Siège. Il mourut archevêque de Rouen.
    (3) Jérôme-César de Couasnon fut nommé Évêque de Bayeux le 8 août 1817, mais sa mauvaise santé l’obligea à refuser cette charge.
    (4) Jean de Pradelles, nommé pour remplacer M. de Couasnon, fut préconisé le 1er octobre 1817, mais il mourut le 2 avril 1818, avant d’avoir été consacré.

 

Évêques de Lisieux

L’Évêché de Lisieux appartenait à la province ecclésiastique de Rouen. – Herbert, en 1026, est le premier Évêque-Comte de Lisieux. La cathédrale est sous le vocable de l’Apôtre Saint Pierre. Depuis la Révolution, la plus grande partie du territoire de l’ancien Évêché de Lisieux est réunie à celui de Bayeux.

  • Thibaud 538 – 549
  • Etherius vers 560
  • Launobaud 650
  • Higge 658
  • Léodebold 663
  • Fréculphe 820 – 852
  • Hairard 863 – 876
  • Roger avant 980 † 1020
  • Robert vers 1024 – 1026
  • Herbert 1026 † 1049
  • Hugues d’Eu 1050 † 1077
  • Gilbert Maminot 1077 † 1101
  • Foucher Flambert 1102
  • Jean 1er 1107 † 1141
  • Arnoul 1141 – 1182
  • Raoul de Varneville 1182 – 1193
  • Guillaume 1er de Rupière 1193 † 1201
  • Jourdain du Hommet 1202 † 1218
  • Guillaume II du Pont-de-l’Arche 1218 ou 1220 – 1250
  • Foulques d’Astin 1250 † 1266
  • Guy 1er du Merle 1267 † 1285
  • Guillaume III d’Asnières 1285 † 1298
  • Jean II de Samois 1298 † 1302
  • Guy II de Harcourt 1303 † 1336
  • Guillaume IV de Charmont 1336 † 1349
  • Guillaume V Guitart 1349 – 1358
  • Jean III de Dormans (Cal) 1358 – 1360
  • Adhémar Robert 1360 – 1368
  • Alphonse Chevrier 1368 † 1377
  • Nicolas Oresme 1377 † 1382
  • Guillaume VI d’Estouteville 1382 † 1414
  • Pierre 1er Fresnel 1415 † 1418
  • Mathieu du Bosq † 1418
  • Branda de Castiglione (Cal) 1420 – 1424
  • Zanon de Castiglione 1424 – 1432
  • Pierre II de Cauchon 1432 † 1442
  • Pasquier de Vaux 1443 † 1447
  • Thomas Bazin 1447 – 1474
  • Antoine Raguier 1474 † 1482
  • Étienne Blosset de Carrouges 1482 – 1505
  • Jean IV Le Veneur (Cal) 1505 – 1539
  • Jacques d’Annebault (Cal) 1539 † 1558
  • Jean V le Hennuyer 1560 † 1578
  • Jean VI de Vassé 1580 † 1583
  • Anne d’Escars de Givry (Cal) 1585 -1598
  • François Rouxel de Médavy 1598 † 1617
  • Guillaume VII du Vair 1617 † 1621
  • Guillaume VIII Aleaume 1622 † 1634
  • Philippe Cospéan 1635 † 1646
  • Léonor 1er de Matignon 1646 – 1677
  • Léonor II de Matignon 1677 † 1714
  • Henri-Ignace de Brancas 1715 † 1760
  • Jacques-Marie de Caritat de Condorcet 1761 † 1783
  • Jules-Basite Ferron de La Ferronays 1783 †1799

1799 – 1855

Évêques de Bayeux et Lisieux

Autorisé par un Bref de Pie IX, en date du 12 juin 1855, et par un décret de l’Empereur, Mgr Robin, Évêque de Bayeux, est le premier qui ait pris le titre d’Évêque de Bayeux et Lisieux.

  • Louis-François Robin † 1855
  • Charles-Nicolas-Pierre Didiot 1856 † 1866
  • Flavien-Abel-Antoine Hugonin 1867 † 1898
  • Léon-Adolphe Amette (Cal) 1898 – 1906
  • Thomas-Paul-Henri Lemonnier 1906 † 1927
  • Emmanuel-Célestin-Jean-Baptiste Suhard (Cal) 1928 – 1931
  • François-Marie Picaud 1931 – 1954
  • André Jacquemin 1954 – 1969
  • Jean Badré 1969 † 2001
  • Guy Gaucher, auxiliaire 1987 † 2014
  • Pierre Pican 1988 – 2010
  • Jean-Claude Boulanger 2010 –