Message de Pâques 2019 aux catholiques du diocèse

Dans la Bible, Dieu dit à Moïse : « Il y a des forces de mort…  Il y a des forces de vie, choisis la vie » (Dt 30, 19). À travers la mort et la résurrection du Christ, nous croyons que les forces de mort ne sont pas le dernier mot de l’histoire humaine. Christ est ressuscité, vainqueur du péché et de la mort !

L’Église, dans certains de ses membres, s’est laissée séduire par les forces du mal, en particulier par le pouvoir sur les consciences. Le jour des Rameaux, nous avons entendu cette parole de Jésus : « Je suis au milieu de vous comme celui qui sert » (Lc 22, 27). Si certains membres de l’Église ont transformé le service en pouvoir, elle avait pourtant osé dire en 1990, par les mots du pape Jean-Paul II : « L’Église s’adresse à l’homme dans l’entier respect de sa liberté… L’Église propose mais elle n’impose rien : elle respecte les personnes et les cultures, et elle s’arrête devant l’autel de la conscience humaine » (La Mission du Christ rédempteur, N° 39).

Le Christ nous dit aujourd’hui, comme autrefois au petit François d’Assise : « Va, répare ma maison, mon Église ». C’est en devenant humbles et petits comme François d’Assise que nous pourrons redonner joie et espérance malgré tout à ceux qui nous entourent. L’épreuve que nous traversons aujourd’hui nous invite à servir et à renoncer à tout pouvoir. C’est en se tournant vers les petits, les fragiles, les malades, les blessés de la vie, que nous serons fidèles à l’Évangile. Comme l’écrivait Bernanos : « Les petits sauveront le monde. Ils le sauveront malgré eux et sans le savoir, car ils laisseront Dieu le sauver à travers eux. » Les chrétiens et parmi eux les catholiques n’ont pas déserté le monde. Ils savent que c’est à la suite du Christ que ceux qui donnent leur vie par amour fécondent l’histoire humaine.

Alors bonne fête de Pâques à tous les chrétiens.

+ Jean-Claude Boulanger
Évêque de Bayeux et Lisieux