Synode : les encouragements de Mgr HABERT

Par trois fois, Mgr Habert a voulu marquer l’importance de cet itinéraire synodal qui s’ouvre, alors que l’actualité nous bouscule en profondeur :

Avancer dans la confiance : voici l’éditorial du n° de novembre 2021 d’Eglise de Bayeux : ici

C’est au travail de discernement que nous sommes tous invités : voici le texte de l’intervention de Mgr Habert lors de lancement du Synode le 17 octobre 2021 : ici 

Dans la force de l’Esprit, préparons l’avenir de notre Église : Voici enfin le mot de notre évêque sur le guide diocésain pour le Synode :

« En ce mois d’octobre, le pape François invite l’Église catholique à une grande démarche synodale. Elle s’ouvre ce dimanche dans les diocèses du monde entier. Elle veut plus initier un processus qu’élaborer un document.
Dans notre diocèse nous y entrons avec ces paroles : Dans la force de l’Esprit, préparons ensemble l’avenir de notre Église.
Chaque terme mérite d’être bien compris :
Dans la force de l’Esprit. Cette parole souligne la dimension éminemment spirituelle de la démarche. Nous sommes invités à la prière et à la conversion.
– Ensemble : c’est le coeur même de ce qu’est un synode. Il nous faudra dans les mois qui viennent proposer largement la démarche au-delà de nos cercles habituels. Cet ensemble intégrera bien naturellement le conseil presbytéral, le conseil diocésain de pastorale, les conseils paroissiaux, mais aussi de manière plus large les membres des services, des mouvements, des paroisses, des communautés., jusqu’aux périphéries, nous sommes tous concernés.
Notre Église. Il ne s’agit pas d’essayer de défendre mon Église, mais de penser à l’avenir de notre Église au service de l’annonce de l’Évangile. Ce synode nous renvoie à l’un des accents du Concile Vatican II : l’Église est le peuple de Dieu. Son avenir nous concerne tous. Dans notre diocèse il est clair que des réformes de fond seront à mener dans les années qui viennent.
Les événements tragiques qui viennent d’être révélés par le rapport de la CIASE nous bouleversent. Cette crise majeure nous convoque à rechercher en vérité ce qui mérite d’être transformé ou converti. Elle concerne notamment les questions de gouvernance, de formation ou d’exercice du pouvoir. N’hésitons pas à mettre ces sujets au programme de nos réflexions.
Je rends grâce au Seigneur pour le chemin que nous empruntons, tout en mesurant l’exigence de la démarche dans laquelle nous entrons. Confions ces mois qui viennent à la prière de la Vierge Marie, elle est la Mère de l’Église. »