« A cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira » (Mt 24,12)

C’est le message du Pape François pour ce Carême 2018. Il souhaite inviter l’Eglise entière à vivre ce temps de grâce dans la joie et en vérité. Deux points sont notés

1– Quels sont les traits de ces faux prophètes ? Ils sont comme des « chasseurs de serpents » qui réduisent les  personnes en esclaves et les mènent à leur gré.

2– Il y a aussi des « charlatans » qui proposent des solutions simples et immédiates aux souffrances, des remèdes qui se révèlent cependant inefficaces        .

Ces « escrocs », qui offrent des choses sans valeur, privent par contre de ce qui est le plus précieux : la dignité, la liberté et la capacité d’aimer.

Dans une autre partie, le Pape François nous parle d’un cœur froid et pose deux questions :

« Demandons-nous donc : comment la charité se refroidit-elle en nous ? Quels sont les signes qui nous avertissent que l’amour risque de s’éteindre en nous ?

Ce qui éteint la charité, c’est avant tout l’avidité de l’argent, « la racine de tous les maux » (1Tm 6, 10) ; elle est suivie du refus de Dieu, et donc du refus de trouver en lui notre consolation, préférant notre désolation au réconfort de sa Parole et de ses Sacrements…. La création, elle aussi, devient un témoin silencieux de ce refroidissement de la charité : la terre est empoisonnée par les déchets jetés par négligence et par intérêt …L’amour se refroidit également dans nos communautés. ….ainsi dans nos communautés, les « signes les plus évidents de ce manque d’amour sont l’acédie égoïste, le pessimisme stérile, la tentation de l’isolement et de l’engagement dans des guerres fratricides sans fin, la mentalité mondaine qui conduit à ne rechercher que les apparences, réduisant ainsi l’ardeur missionnaire. »

Et dernier point : que faire ?

Recherchons  « le doux remède de la prière , de l’aumône et du jeune. En consacrant du temps à la prière. La pratique de l’aumône libère de l’avidité et aide à découvrir que l’autre est mon frère : ce que je possède n’est jamais seulement mien. Comme je voudrais que l’aumône puisse devenir pour tous un style de vie authentique ! …Le jeûne enfin réduit la force de notre violence, il nous désarme et devient une grande occasion de croissance. .. Le jeûne nous réveille, nous rend plus attentifs à Dieu et au prochain, il réveille la volonté d’obéir à Dieu, qui seul rassasie notre faim. »

Enfin le Feu de Pâque

« J’invite tout particulièrement les membres de l’Eglise à entreprendre avec zèle ce chemin du carême, soutenus par l’aumône, le jeûne et la prière.  Au cours de la nuit de Pâques, nous vivrons à nouveau le rite suggestif du cierge pascal : irradiant du « feu nouveau », la lumière chassera peu à peu les ténèbres et illuminera l’assemblée  liturgique. « Que la lumière du Christ, ressuscitant dans la gloire, dissipe les ténèbres de notre cœur et de notre esprit » afin que tous nous puissions revivre l’expérience des disciples d’Emmaüs : écouter la parole du Seigneur et nous nourrir du Pain eucharistique permettra à notre cœur de redevenir brûlant de foi, d’espérance et de charité. »

Bon Carême !                   Père Gérard PITEL

(NB : je vous invite à lire ce message du Pape François pour ce Carême 2018 en entier)