La tradition catholique de la Toussaint demeure bien vivace

« La Toussaint est une fête joyeuse ! Puisque tous les saints connus ou inconnus sont honorés ! »

La Toussaint demeure une fête catholique populaire. Jeudi 1er novembre dernier, les deux messes célébrées à la même heure ont rempli l’église Notre-Dame et l’église Sainte-Anne.

La tradition catholique de la Toussaint demeure bien vivace. Même s’il y a le plus souvent amalgame avec le 2 novembre, jour de la commémoration des fidèles défunts. D’emblée, le père François Lecrux, vicaire de la paroisse Saint-Jean du Bocage, rappelle que :

« La Toussaint est une fête joyeuse ! Puisque tous les saints connus ou inconnus sont honorés ! »

Il poursuit en insistant sur le fait que « tous, hommes et femmes, sont voués à la sainteté, depuis que Dieu s’est fait homme en Jésus-Christ pour nous rejoindre dans notre humanité. La divinité nous est donc accessible immédiatement ». Il ajoute que c’est le pape Jean Paul II qui a réalisé de nombreuses béatifications et canonisations, pour démontrer que chaque catholique est appelé à devenir un saint. « Ce n’est pas réservé à une élite ! »

Crémation ou inhumation ?
Quand est-il du 2 novembre ? « Ce jour-là, les catholiques prient pour leurs défunts. Autrement dit, on pense à tous ceux qui nous ont quittés et que l’on n’oublie pas », répond le père François. À cette question se rattache, le choix du rite funéraire : crémation ou inhumation ? Une enquête Ipsos intitulée « Les Français et les obsèques », dont les résultats ont été publiés début octobre dernier, révèle que près de 60 % des Français privilégient dorénavant la crémation. Si l’Eglise n’interdit pas cette pratique, sa préférence va toujours à l’inhumation des corps. Pourquoi ? « Pour accorder au défunt un temps et un espace sur cette terre, afin que l’entourage puisse réaliser le travail du deuil. »

Le père François tient également à réaffirmer la dignité du corps humain. « Parce qu’il est à l’image de Dieu, l’individu humain a la dignité de personne : il n’est pas seulement quelque chose, mais quelqu’un. » Il insiste en soulignant que l’homme a une existence corporelle tout au long de sa trajectoire. « Et jusque dans l’espérance d’une résurrection corporelle. » Le catéchisme de l’Eglise catholique confirme :

L’inhumation est d’abord et avant tout la forme la plus idoine pour exprimer la foi et l’espérance dans la résurrection du corporel.

J.-Y. H

Carte paroisse St jean du bocage

Horaires des messes

Retrouvez les horaires des messes sur EgliseInfo, le site national.

Contact

Presbytère 17, rue du Chanoine Trèche 14500 Vire-Normandie 02 31 68 00 70 presbytere.nd.vire@orange.fr

Feuille de semaine

Equipe


img_0146

  • Père Philippe Cenier

Curé de Saint-Jean-du-Bocage Modérateur de Sainte-Croix du Bocage Coordinateur du Pôle missionnaire de Vire.

  • Père François Lecrux

Prêtre Coopérateur de Saint-Jean du Bocage Coopérateur de Sainte-Croix-du-Bocage.

  • Père Raoul AkpakaPère Raoul Akpaka

Prêtre Coopérateur de Saint-Jean-du-Bocage Modérateur de Saint-Ortaire-en-Souleuvre.

Etablissements catholiques

Patrimoine et traditions

Les lieux de notre paroisse présentant un aspect culturel, historique particuliers. Les manifestations particulières (bénédictions, pèlerinages / marches...)

Agenda

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30