Formation professionnelle

Un centre de formation professionnelle et continue sur mesure

pour les institutions ecclésiales de trois départements de Normandie

Voici le livret complet des propositions ; ce livret sera encore complété en septembre ; et les envoyeurs (diocèses, enseignement catholique)  peuvent aussi nous demander des formations professionnelles sur mesure

LIVRET pédagogique juillet 2018

Historique 

Le CET est né en 1970 de la fusion de trois séminaires diocésains, celui de Séez (Orne) de Bayeux-Lisieux (Calvados) et de Coutances-Avranches (Manche). Dès 1971 il s’est ouvert à la présence de laïcs (hommes et femmes de la société civile, religieux (ses) pour répondre à l’ouverture souhaitée par le Concile Vatican II.

Depuis l’origine, le CET est reconnu par l’académie de Caen comme institut supérieur d’enseignement privé ; une convention quinquennale avec le THEOLOGICUM (Faculté de théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris) permet aux personnes inscrites comme étudiantes de préparer les diplômes de cet institut.

Depuis 2003, la direction du CET est autonome par rapport à celle du Séminaire ; les séminaristes ont continué à venir faire les études au CET jusqu’en 2015, année de fermeture du Séminaire Saint Jean Eudes de Caen.

Outre les nombreux auditeurs libres venant par goût étudier la théologie pour grandir dans la foi et soutenir leurs engagements privés le plus souvent bénévoles (qui nécessitent des réelles compétences professionnelles), le CET est donc désormais entièrement dédié à la formation initiale et permanente des personnes envoyées ou non par les trois Associations Diocésaines et/ou par l’enseignement catholique des trois départements ; cette mission prend de plus en plus d’ampleur compte tenu de la baisse du nombre de prêtres. Le nombre d’inscrits est en hausse constante depuis 4 ans (697 pour l’année 2017/2018).

 

Professionnalisation

Dans l’Église, de nombreuses missions sont désormais confiées à des laïcs, missions que l’on peut considérer comme de véritables « métiers » d’un point de vue civil car elles nécessitent une formation solide et des compétences à acquérir : aumônier d’hôpital, de prison ou de lycée, catéchiste, membre d’équipe d’animation pastorale, adjoint en pastorale scolaire, responsable de service diocésain, formateur en théologie et pastorale, accompagnateur des familles en deuil, accompagnateur de catéchumènes, équipes de préparation au mariage, au baptême, à la Communion, à la Confirmation ou à la profession de foi, chancelier, membres de l’Officialité, membres des services diocésains (laïcs en mission ecclésiale ou LEME), etc… Considérer les missions d’Église comme des métiers est nouveau, mais cela est nécessaire pour s’adapter aussi  législations en vigueur pour favoriser l’évolution et la reconnaissance professionnelle des personnes, leur montée en compétences et leur éventuelle reconversion.

Depuis le 15 décembre 2017, le CET est reconnu par DATADOCK, cela veut dire que le CET répond aux critères de qualité du décret du 30 juin 2015 lié à l’application de la loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle. C’est en quelque sorte une preuve de qualité des formations proposées, de la compétence des formateurs, d’un ensemble de démarches favorisant le suivi des personnes et le lien avec les envoyeurs. (N° Id DD 0025330)

 

Lieu de dialogue entre l’Église et la société

Enfin et pour compléter, le CET est un lieu de dialogue et d’écoute avec la société, ouvert à toute personne qui souhaite approfondir sa culture ou réfléchir aux grandes questions qui sont posées à l’homme aujourd’hui. Des conférences et journées d’études complémentaires aux formations sont régulièrement organisées pour nourrir les stagiaires en plus de leur formation.

Pour qui ?   Le CET accueille une grande diversité de publics

 

  • Des personnes envoyées en formation initiale ou continue par leur paroisse, leur diocèse, un établissement catholique ou un service diocésain : ils ont le statut de stagiaires
  • Des religieux (ses), diacres permanents, laïcs actifs en paroisse, école, aumônerie, diocèse
  • Des jeunes souhaitant se former à un métier dans le secteur religieux
  • Des étudiant(e)s souhaitant suivre un cursus religieux parallèlement à leurs études profanes
  • Des hommes et des femmes en recherche personnelle ou souhaitant se cultiver : ils ont le statut d’auditeurs libres ou d’étudiants
  • Des personnes souhaitant se cultiver dans le domaine religieux
  • Des chrétiens qui veulent consolider leur foi et apprendre à la transmettre

 

Pour quoi ?   Le CET permet aux auditeurs, stagiaires et étudiants

 

  • De mieux comprendre la foi chrétienne et de pouvoir en parler
  • De développer des capacités personnelles et des compétences spécifiques liées aux « métiers » d’Eglise
  • D’entrer progressivement dans une réflexion théologique et pastorale
  • De croiser d’autres étudiants et de s’enrichir de leurs parcours variés
  • De faire une expérience d’Église fraternelle De venir comme auditeur libre ou valider ces cursus et/ou de les poursuivre à l’Institut Catholique de Paris

 

Une équipe de formateurs compétents et adaptés à la mission du CET

 

Les enseignants réguliers du CET sont nommés tous les trois ans par les trois évêques dont dépend le CET. La dernière lettre de mission a été remise lors de la rentrée du CET le 14 septembre 2017. Les enseignants impliqués dans les parcours universitaires sont également enseignants associés du Theologicum – Faculté de théologie de l’Institut Catholique de Paris.

 

 

L’équipe pédagogique du CET

Animée par la directrice du CET, Pascaline Lano, cette équipe est composée de Anne-Laur Lion, Nicolas Courtois, Philippe Léonard et Maurice Morand. Sa mission est de participer à l’élaboration et la mise en œuvre du programme, à l’accompagnement des étudiants et à l’organisation de la vie du CET.

Aussi bien l’équipe pédagogique que les enseignants ont les compétences requises pour enseigner au CET. Ils le peuvent autant pour leurs diplômes universitaires que pour leur investissement personnel dans la vie des églises diocésaines. Ils connaissent ainsi les compétences requises pour les différents publics présents au CET.

 

 

Les formateurs pour l’année 2018/2019

(les CV sont tenus à jour au CET, ils sont consultables sur demande)

 

Cécile ARNAL, doctorat d’histoire de l’art

Mme Claire BOUET, Master II en psychologie

Stéphane CAILLIAUX, Master 2 de théologie

Alain CHARLIER, Master en Coaching

Philippe CHOTEAU, Master 2 de théologie

José CODRÉANU, certificats supérieurs en écritures cunéiformes, hébreu biblique, grec biblique

Nicolas COURTOIS, Master 2 de théologie

Ludovic DANTO, docteur en droit canonique

Paul DENIZOT, Master 2 de théologie

Sonia DUMESNIL, doctorat en littérature

Régis GAUDEMER, doctorant en sciences de l’éducation

Loïc GICQUEL DES TOUCHES, Master 2de sciences bibliques

Jean-Louis GIRARD, certificat supérieur d’hébreu biblique

Jacques HABERT, Master 2 de théologie

Thomas HERVOUËT, agrégation d’histoire

Emmanuel HOUSSET, agrégation de philosophie

François-Marie HUMANN doctorat de théologie

Simon ICARD, Agrégation et doctorat en Lettres, chercheur en théologie

Pascaline LANO, Master 2 de théologie

Blandine LECRUX, Master 2 SVT et biochimie santé

Michel LEMASSON, Master 2 de théologie

Philippe LÉONARD, Master 2 de sciences bibliques

Olivier LE PAGE, Master 2 de théologie

Bertrand LESOING, doctorat de théologie

Anne-Laure LION, Master II de théologie

Thierry MACHEFERT, agrégation de philosophie

Francis MARÉCAILLE, Master 2 de théologie

Marie-Françoise MOREL, certificat supérieur d’hébreu biblique

Maurice MORAND, Master 2 de théologie

François QUILLET, Master 2 de théologie

Régis ROLET, Master 2 de théologie

Joël SÉRARD, Master 2 de théologie

Camille TAROT, docteur en sociologie

Jean-Marc THÉBAULT, agrégation de grammaire, CAPES lettres classiques

Henri VALLANÇON, doctorat en sciences bibliques

Jacques VAUTHERIN, Master 2 de théologie

Christian VILLEY, professeur agrégé, éducation musicale