Journée mondiale du migrant et du réfugié

Le 15 janvier 2017, l’Eglise universelle célèbre la 103ème  Journée mondiale du migrant et du réfugié pour laquelle le Pape François a choisi comme thème de réflexion et de prière :
« Mineurs migrants, vulnérables et sans voix »
La Pastorale des migrants doit veiller à être
Une Pastorale de l’accueil :
– Accueillir la personne dans toutes ses dimensions, dans le respect de son identité culturelle, et l’écouter avec tout ce qui l’habite : ses questions, ses souffrances, sa quête de sens, sa joie, sa foi, ses relations…
– Etre solidaire avec nos frères venus d’ailleurs, en lien avec des associations et des partenaires dans l’Eglise et la société civile, pour les soutenir à leur arrivée en France et dans leur chemin d’intégration.
Une Pastorale de communion :
– Collaborer avec d’autres services d’Eglise et de la société civile pour mieux faire connaitre et prendre en compte la réalité des migrants.
– Nous enrichir mutuellement, dans le partage de notre vie et de notre foi.
– Être artisan de communion pour que ceux qui le souhaitent puissent prendre une part active dans notre Eglise et les aider à vivre une foi authentique dans leur nouveau contexte.
– Faire connaitre aux autochtones les problèmes des migrations et s’opposer aux préjugés.
Ce qui est fait localement
– Chaque année, information auprès de chaque paroisse de la journée mondiale du migrant et du réfugié : en 2017 le 15 janvier.
– Chaque mois : cercle de silence pour informer et interpeller les citoyens.
– En novembre 2013 : création d’une association loi 1901 « le temps d’un toit » avec comme objectif d’offrir pour une durée déterminée (6 mois) un logement temporaire à des migrants qui ne peuvent bénéficier d’un logement pérenne. A ce jour, existent 9 lieux d’hébergement à Caen et à Lisieux. En parallèle de l’hébergement, les personnes sont accompagnées dans diverses démarches.
– Collaboration avec les services préfectoraux, de la cohésion sociale et d’autres associations pour accueillir.
Pourquoi en 2017 ce thème des mineurs migrants, vulnérables et sans voix ?
Tout simplement en raison de la situation précaire rencontrée par les enfants à travers le monde.
Selon les chiffres de l’UNICEF, on estime à 50 millions leur nombre, qu’ils soient migrants ou déplacés de force. En effet, plus de la moitié d’entre eux a fui la violence et l’insécurité.
Si la plupart de ces enfants accompagnent leurs familles, de plus en plus d’entre eux quittent leurs pays pour entreprendre de longs voyages seuls. Ces « mineurs isolés », désignés ainsi dans le vocabulaire administratif, parviennent nombreux depuis plusieurs années dans l’Union européenne : en 2015, 88 300 mineurs ont demandé l’asile.
Depuis la signature de la Convention des droits de l’enfant en 1990, ces mineurs bénéficient, de par ce traité international qui lie 200 états, d’une protection. C’est ainsi que la France s’est engagée à protéger « l’intérêt supérieur » de tout mineur sur son territoire, sans discrimination.
Quant à l’enseignement social de l’Eglise, il rappelle également que l’enfant est une valeur en soi, et que la « reconnaissance publique de la valeur sociale de l’enfance est nécessaire dans tous les pays » (Compendium de doctrine sociale, §244)
Le Pape François n’a cessé de nous alerter sur la situation de ces enfants. Ainsi dans son discours à Mexico, le 14 juillet 2014, il déclarait, faisant allusion aux migrations entre l’Amérique Centrale et les Etats-Unis : « Je tiens à attirer l’attention sur les dizaines de milliers d’enfants qui émigrent seuls, non accompagnés, pour fuir la pauvreté et la violence (…) Cette urgence humanitaire exige que l’on intervienne de façon prioritaire et urgente pour que ces mineurs soient accueillis et protégés ».
Le dimanche 15 janvier 2017 est l’occasion de faire entendre la voix de ces enfants. De manière que celle-ci soit reconnue au coeur des débats internationaux sur les migrations, mais également au coeur des préoccupations de l’Eglise.
A voir, la vidéo proposée par la Conférence des évêques de France :

Type : mondial

Logo pastorale migrants

Contact

Pastorale des Migrants
Maison Diocésaine
1, rue Nicolas Oresme
BP 6298
14067 Caen cedex
02 31 29 35 00
Site national.

Déléguée diocésaine :
Agnès Ravenel
06 78 33 97 59
migrants@bayeuxlisieux.catholique.fr

Aumônier du service :
Daniel Hinard (diacre)

Calendrier du service

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30