" " " "

Lettre de la Pastorale des migrants aux chrétiens de Normandie

Nous sommes des chrétiens* engagés auprès des migrants et à quelques mois de l’élection présidentielle nous souhaitons vous faire part de notre inquiétude quant à l’accueil qui leur est actuellement réservé.
Évoquer le thème des migrations est toujours délicat, tant l’attitude à adopter vis-à-vis des migrants divise l’opinion. Les peurs et les phénomènes de rejet à leur égard ne cessent de se développer un peu partout en France. L’espace médiatique est là pour nous en convaincre.
Cette méfiance et cette hostilité n’épargnent pas nos communautés chrétiennes.
Depuis plusieurs années, le Pape François qui a fait de l’hospitalité un des enjeux majeurs de son pontificat nous invite à Accueillir, Protéger, Promouvoir et Intégrer les migrants et les réfugiés.

Dans son message pour la 107e Journée mondiale du migrant et du réfugié (JMMR) du dimanche 26 septembre 2021 ”Vers un “nous” toujours plus grand ”, le pape François demande « aux chrétiens et à tous les hommes et à toutes les femmes du monde un engagement personnel et collectif prenant en charge tous les frères et sœurs qui souffrent… sans faire de distinction entre autochtones et étrangers, entre résidents et hôtes, car il s’agit d’un trésor commun, et personne ne doit être exclu de ses soins et bénéfices ».

Nous, chrétiens, animés par notre foi, sommes invités à répondre à cet appel : « Tout émigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus-Christ, qui s’identifie à l’étranger de toute époque accueilli ou rejeté » (cf.Mt 25,35-43/ Le Pape François Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié 2018).

L’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme stipule que toute personne a le droit de quitter son pays  et d’y revenir, mais rares sont celles  qui le quittent de gaieté de cœur. « Cependant avant le droit d’émigrer, il y a le droit de ne pas émigrer » (Benoît XVI).
Nous voyons que de nombreuses migrations sont la conséquence d’une précarité économique  et sociale, d’absence de perspectives pour les jeunes, d’un manque de biens essentiels, de catastrophes naturelles, de guerres et de désordres sociaux et, de plus en plus la conséquence du réchauffement climatique.
Tout homme a le droit non seulement de vivre en sécurité mais aussi de disposer des ressources nécessaires à son épanouissement lui permettant de vivre dignement (article 25 de la déclaration universelle des droits de l’homme). Au nom du principe de « destination universelle des biens », si ces « ressources vitales » ne sont pas disponibles chez lui, il a le droit d’aller les chercher ailleurs. Cela crée, pour les nations riches, un véritable devoir d’accueil, ainsi formulé dans l’article 2241 du catéchisme de l’Église catholique :
« Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine ».

Aujourd’hui des femmes et des hommes, convaincus que l’accueil de l’étranger est source d’enrichissement mutuel, se mobilisent pour mettre en place un système plus respectueux  des droits de la dignité humaine. Par leur action ils invitent à « changer notre regard sur le frère venu d’ailleurs » et à considérer les migrations comme un chance et non comme un problème.
Dans le 1er chapitre de l’Encyclique Fratelli Tutti, le Pape François affirme avec force : « Dans certains pays d’arrivée, les phénomènes migratoires suscitent des alarmes et des peurs, souvent fomentées et exploitées à des fins politiques. Une mentalité de fermeture et de repli sur soi se diffuse alors. Il est inacceptable que les chrétiens partagent cette mentalité et ces attitudes, faisant prévaloir certaines préférences politiques sur les convictions profondes de leur foi ».

 Il nous faut aussi rappeler  que les immigrés ont le devoir de s’intégrer dans le pays d’accueil, en respectant ses lois et ses règles. «Il faudra alors concilier l’accueil, qui est dû à tous les êtres humains, avec l’évaluation des conditions indispensables à une vie digne et pacifique pour les habitants originaires du pays et pour ceux qui viennent les rejoindre» (Jean-Paul II, Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié 2001).

Avec cette lettre nous souhaitons éveiller les consciences et appeler à la vigilance. Nous devons provoquer un dialogue à l’intérieur de nos communautés chrétiennes sans oublier d’inviter les migrants et migrantes que nous accueillons. Que s’organisent des débats, non pas pour en faire des déclarations publiques mais pour mieux nous connaître et mieux vivre ensemble. C’est ainsi que nous retrouverons  le chemin d’une humanité réconciliée.

*Les Equipes Pastorales des Migrants de Normandie
ACAT/CCFD-Terre Solidaire/Emmaüs /La Mission Universelle/Mission Ouvrière (ACO ; ACE ; JOC)/Secours Catholique/Société Saint Vincent de Paul

Logo pastorale migrants

Contact

Pastorale des Migrants
Maison Diocésaine
1, rue Nicolas Oresme
BP 6298
14067 Caen cedex
02 31 29 35 00
Site national.

Déléguée diocésaine :
Agnès Ravenel
06 78 33 97 59
migrants@bayeuxlisieux.catholique.fr

Aumônier du service :
Daniel Hinard (diacre)

Calendrier du service

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31