L’économique, au service de l’Évangile

Le dernier trimestre représente une période cruciale dans les dons à l’Église catholique qui doit gérer au mieux ses charges et ses ressources financières pour annoncer l’Évangile.

 

EBL : M. Rebaudo, quelle est votre mission ?

Frédéric Rebaudo : Depuis une quinzaine d’année les postes d’économes diocésains (canon 494), jusque-là détenus en grande partie par des prêtres, sont confiés à des laïcs. La fonction d’économe diocésain correspond à un office ecclésiastique ayant des obligations propres en vue de fins spirituelles.

La dimension très spécifique de la mission d’économe diocésain nécessite de multiples compétences aussi bien juridiques (articulation entre le droit canon et le droit Civil) que comptables et financières associées depuis ces dernières années à une dimension RH en appliquant la doctrine sociale de l’Église dans le respect des réglementations.

Je veille à la bonne administration des biens du diocèse en communion et sous sous l’autorité de notre Évêque et suivant les directives de ses conseils.

Par différence avec la responsabilité économique « classique », dans une structure associative ou une entreprise, il y a dans ma dimension d’économe diocésain, une dimension de service direct du « Peuple de Dieu ».

 

EBL : Concrètement, quels sont les enjeux ?

F. R. : Mon rôle dans le diocèse de Bayeux Lisieux est prioritairement de relayer les projets pastoraux dans un souci d’équilibre financier et de maintien à long terme des moyens d’actions du diocèse.

Cette mission prend corps dans cinq domaines :

  • Le développement et la collecte des ressources financières : Denier de l’Église, dons et legs, casuel, offrandes…
  • La gestion administrative, comptable et financière des activités du diocèse aidée par la curie / économat diocésain.
  • La gestion des ressources humaines avec l’aide des instances représentatives du personnel.
  • La gestion de l’immobilier : travaux de rénovation, de construction grâce à une commission immobilière composée d’hommes de l’art (architecte, entrepreneur à la retraite..)
  • La gestion de la dimension juridique civile.

Selon les directives définies par le Conseil diocésain pour les affaires économiques, j’en remplie l’exécution en ayant à l’esprit « que la gestion des biens et des ressources du diocèse reste un moyen et une contrainte au service de cette seule finalité ». (Mgr Nahmias)

 

EBL : Qu’en est-il du Denier de l’Église ?

F. R. : C’est une ressource vitale qui permet d’assurer le traitement de nos prêtres et des laïcs en mission ecclésiale. Cette collecte accuse une baisse alarmante du nombre de donateurs due en grande partie au non renouvellement des donateurs anciens qui nous quittent et à une certaine mobilité des donateurs qui sont en permanence sollicités.

L’enjeu actuel est d’arriver à concevoir des campagnes d’appels qui « parlent » à nos futurs donateurs. Ce qu’on faisait avant par « devoir » se transforme aujourd’hui en don par conviction et adhésion pour les chrétiens du diocèse.

Cette volonté se conforte dans les chiffres, nous avons moins de donateurs, mais ils sont plus généreux : le don moyen augmente sensiblement. Les campagnes d’appels au passage au prélèvement automatique en sont en partie l’explication, mais également la prise de conscience que sans votre don l’Église de votre diocèse ne peut pas assumer sa mission.

Propos recueillis par

Alexandre Barbé

 

Encadré

Dons en 2018 : n’attendez pas !

Si vous souhaitez effectuer votre don par chèque et obtenir un reçu fiscal en 2018, merci de nous le transmettre avant Noël pour qu’il puisse être déposé à la banque avant le 31 décembre 2018. Vous pouvez faire un don en ligne jusqu’au 31 décembre sur www.bayeuxlisieux.catholique.fr