Grand océan

72 heures à rester assis dans le hall de la gare maritime, la Cité de la Mer, à Cherbourg, au forum Grand Océan qui s’est déroulé début octobre ; à écouter conférences, films, tables rondes ; une quarantaine de scientifiques s’exprimer sur les enjeux et les richesses de l’Océan.

« L’Océan, est le poumon essentiel de la vie sur terre ; nous sommes une part de l’Océan, faits d’eau à 80 %; la vie y est née, a émergé de l’Océan » déclare Jean-Louis Etienne, le médecin explorateur du pôle sud.

« L’Océan, notre avenir, notre source d’espoir est devenu comme l’atmosphère, la  poubell» que dénoncent les rapports alarmants du GIEC. Nous avons vu une photo infra-rouge saisissante de « l’incendie » de la Méditerranée  au moment des incendies de l’été au sud de l’Europe et dans notre pays. Acidité, surpêche, réchauffement des eaux, les défis sont connus ; les poissons migrent, et non seulement les poissons, les migrants passent aussi par les eaux, souvent meurtrières.

 

Ce qui m’a surpris, c’est la confiance en l’avenir que partageaient les scientifiques dans leur domaine. Ainsi ce jeune chercheur suisse parle  de son émerveillement « la beauté absolue » en observant les organismes microbiens. Et cet explorateur de grands fonds marins encore non répertoriés. Un autre, témoin de la capacité de renouvellement de la nature par elle-même en stockant le carbone, absorbant la chaleur. C’est encore l’élaboration difficile d’une loi internationale  pour l’exploitation des ressources, le tout début de l’exploitation des algues dans le domaine de la santé et de l’alimentation. Et l’importance de l’éducation, 500 jeunes lycéens et lycéennes sont venus la veille du forum rencontrer scientifiques et journalistes.

 

J’avais dans la tête les intuitions du pape François dans sa lettre Laudato Si ; bien des passages auraient  pu être cités dans ce forum, en particulier l’attention au vivant :

« Se soucier  de la terre ne se limite pas à repérer les dégâts dont nous sommes responsables mais redonner de la consistance aux êtres. Aujourd’hui, croyants et non croyants, nous sommes d’accord sur le fait que la terre est essentiellement un héritage commun dont les fruits doivent bénéficier à tous. Pour les croyants, cela devient une question de fidélité au Créateur, puisque Dieu a créé le monde pour tous. Par conséquent toute approche écologique doit incorporer une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus  défavorisés.  L’Évangile de la création  n°93

 

Le port de pêche et le Lycée maritime et aquacole sont tout proches de la Cité de la Mer, je pensais aux marins de Cherbourg absents d’un tel forum et pourtant concernés : les Aires Marines Protégées pour contrer la pêche intensive, l’implantation de trois champs d’éoliennes et d’hydroliennes en Manche, vont transformer nécessairement leur métier. Dans nos  rencontres avec eux, à la Mission de la mer, nous en sommes témoins et c’est un service que nous pouvons simplement apporter dans le grand océan des « liens que nous tissons avec les autres, avec le Vivant, avec la planète pour  rendre habitable  la maison commune ».

P. Georges Vimard

 

«  Et Je me tins sur la grève de la mer » (Ap. 12,18)