Homélie pour l’appel décisif des catéchumènes

C’est à vous, chers amis catéchumènes, que je vais m’adresser cet après-midi. Les textes de la parole de Dieu que nous venons d’entendre sont ceux qui ont été lus aux messes, ce dimanche. Des textes qui attirent notre attention sur le sacrement du baptême.

Cette insistance est assez logique car, en réalité, le temps de carême a été en quelque sorte, inventé, pour vous les catéchumènes. Il s’agissait de vous donner une période symbolique, 40 jours, pour vivre une ultime préparation avant de recevoir la grâce du baptême.

Le temps des 40 jours renvoie au 40 jours que Jésus a passé dans le désert avant sa mission.

Il renvoie aussi aux 40 ans du peuple juif dans le désert avant d’arriver en Terre Promise. L’évangile de ce jour nous l’a rappelé. Nous sommes justement après le baptême de Jésus et il est poussé par l’Esprit au désert. Juste après ce temps éprouvant, il commencera sa mission.
Notons qu’il lui faut 40 jours pour s’y préparer. Cf. votre préparation. Sa mission est précisée :

  • Proclamer l’Évangile de Dieu, indiquer que les temps sont accomplis, que le règne de Dieu est tout proche,
  • Qu’il faut se convertir et croire à l’Évangile. Ce sont les paroles que nous avons reçues mercredi dernier lors de la célébration des cendres.

Dans la deuxième lecture, Pierre parle aussi du baptême. Il évoque le personnage de Noé dans l’Ancien Testament avec l’épisode du déluge et il explique : c’était une figure du baptême qui vous sauve maintenant : le baptême ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la résurrection de Jésus Christ.

Nous savons combien l’eau est l’élément essentiel du sacrement du baptême, cette eau qui va couler sur vos fronts le soir de Pâques.

  • Une eau qui purifie
  • Une eau qui donne la vie en abondance

D’où ce lien entre le baptême et l’épisode du déluge. Après le déluge, Dieu veut faire toutes choses nouvelles. Avec le baptême, vous allez renaître à la vie nouvelle des enfants de Dieu.

Saint Pierre présente par la suite le baptême comme un engagement, comme un acte de salut.

Pour conclure avec la parole de Dieu de ce dimanche, nous avons aussi entendu en première lecture, le livre de la Genèse.

Nous voyons qu’après l’épisode du déluge, Dieu dit qu’il veut instaurer une alliance nouvelle avec son peuple. Le signe de cette alliance sera celui de l’arc en ciel. Dans ce court passage du livre de la Genèse, le mot alliance revient à cinq reprises ce qui est considérable.

Cette alliance est le désir, le projet de Dieu. Oui, j’établis mon alliance avec vous dit le Seigneur et un peu plus loin : je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous.

Parler du baptême en terme d’alliance a beaucoup de sens.

Lorsque vous serez baptisés, c’est Dieu qui scellera une alliance avec nous, une alliance indéfectible puisque toute personne baptisée, même si elle oublie complètement son baptême, reste un membre de l’Église, un enfant de Dieu jusqu’à la fin de ses jours.

Hélas, nous recevons parfois des demandes de débaptisassion, elles sont impossibles. Le baptême est la rencontre entre ENGAGEMENT de l’homme et ALLIANCE scellée par Dieu

Cette alliance aura des conséquences : un baptisé sait qu’il doit à la suite de son baptême mener une vie nouvelle, c’est toute son existence qui change radicalement, il voit toute chose sous le regard de Dieu.

  • Il y a des choses auxquelles on renonce : le mal, le péché, Satan.
  • Il y a des valeurs auxquelles on adhère : l’évangile, la foi de l’Église.

Cette réflexion sur le baptême peut renvoyer chacun d’entre nous à son propre baptême.

Je pense ici à vos accompagnateurs.

Il nous faut ici revenir à la parole prononcer par le célébrant lors du baptême après le geste de l’eau, il y a celui de la chrismation où le célébrant explique : désormais tu es prêtre, prophète et roi. Voilà la dignité de chaque baptisé :

–     Il est prêtre dans le sens où il offre sa vie au Seigneur dans toutes les dimensions de celle-ci et elle peut prendre des formes très diversifiées : profession, famille, vie sociale, engagements…

–     Il est prophète dans la mesure où il doit annoncer l’évangile. Il le fait aussi de manière variée, par la parole, les actes, la présence, la prière…

–     Il est roi dans le sens du service qu’il doit rendre là aussi dans l’exercice concret de son existence. À l’image de Jésus qui s’est fait serviteur.

Tous les états de vie sont concernés par ce programme.

Mercredi, nous sommes entrés dans le temps du carême et l’apôtre Paul nous disait qu’il s’agit d’un temps favorable. Il faut absolument que nous recevions ce temps du carême avec enthousiasme. Ce n’est pas toujours le cas. Parfois nous y entrons à reculons avec comme unique préoccupation de trouver les privations que nous allons nous imposer. Il ne faut pas bien sûr les ignorer, elles sont le signe concret de notre désir de conversion, mais elles ne sont que des moyens au servie d’un seul but : raviver en nous la joie, la fierté, la responsabilité d’être chrétien.

Vous les catéchumènes, sachez que la prière de l’Église vous accompagne.

Jacques Habert
Évêque de Bayeux et Lisieux

Homélie appel décisif catéchumènes 21.02.2021