« Joseph nous montre une attitude paternelle exemplaire »

Mars est le mois de saint Joseph. L’occasion pour nous de revenir sur quelques aspects de cet homme sur lequel le Fr. Noël-Marie Rath, servite de Marie, a publié un ouvrage très inspiré.

 

Eglise de Bayeux et Lisieux : Comment est né ce livre ?

Fr. Noël-Marie Rath : Il est né du fait que je venais de terminer un précédent ouvrage intitulé Vivre du Christ avec Marie. Pendant 25 ans j’ai enseigné sur Marie à la faculté de théologie d’Angers et beaucoup de gens m’interrogeaient à propos de Joseph. Je suis donc parti à la découverte de ce personnage enthousiasmant.

 

EBL : Qu’avez-vous découvert de Joseph ?

Fr. N.-M. R. : Marie parle dans le Nouveau testament, mais pas Joseph. Et pourtant il fait partie intégrante de la révélation. Déjà rien que son nom nous dit beaucoup. Il signifie à la fois celui qui est ajouté et celui qui relève. Effectivement Joseph ne parle pas, mais il agit et il tient un rôle essentiel, notamment dans l’évangile de Matthieu. On ne peut pas séparer Joseph de Marie et de Jésus. Quand on s’intéresse aux textes, on y découvre beaucoup de choses. Saint Luc écrit que Joseph fait partie de la « maison de David ».  Dans le contexte de l’époque, Joseph sait parfaitement d’où il vient. Il a acquis toute une culture biblique qui lui permet d’avoir un métier valorisant, sans négliger sa foi et sa relation à Dieu. Par exemple, quand il y avait un litige, on demandait : « Est-ce qu’il y a un charpentier parmi nous ? ». En ce sens, on recherchait quelqu’un d’équilibré et de sage, qui sache prendre du recul par rapport aux choses.

Quand on relie tous les aspects de la personnalité de Joseph, les évangiles nous montrent un homme d’une grande stature, ne serait-ce qu’humainement, et qui réfléchit avant d’agir.

 

EBL : Qu’est-ce que saint Joseph peut nous apporter aujourd’hui ?

Fr. N.-M. R. : Je crois qu’il faut voir trois aspects. D’abord rendre grâce, nous aussi, pour savoir d’où nous venons. Notre culture a été façonnée par la foi chrétienne. Nous avons à retrouver, d’une certaine manière, notre généalogie spirituelle.

Ensuite, faire face à ce qui est imprévu. À chaque fois, saint Joseph a accepté de donner la priorité à la volonté de Dieu sur ses propres manières d’interpréter les choses marquées par un certain légalisme. Joseph est un homme juste, c’est-à-dire ajusté à Dieu. Il arrive à garder un équilibre entre travail manuel et travail intellectuel. Or c’est peut-être quelque chose que nous avons perdu aujourd’hui.

Enfin, et là je crois que la lettre du Pape François intitulée Patris corde (Avec un cœur de père) le met très bien en valeur, Joseph nous invite à avoir une attitude paternelle exemplaire. Il est lui-même, pour nombre de nos contemporains, un exemple.

 

EBL : Quel rapport y-a-t-il entre l’année saint Joseph et l’année de la famille ?

Fr. N.-M. R. : Pour moi, Joseph est un personnage incontournable dans les évangiles et nous avons beaucoup à apprendre de lui. Avec Marie et Jésus, il forme une famille. Et ce n’est certainement pas pour rien que le Pape François a décidé que 2021 soit à la fois une année consacrée à saint Joseph et une année consacrée à la famille. Cette famille est exemplaire, même si chaque famille est unique.

 

Propos recueillis par
Alexandre Barbé